Historiques

Tout a commencé apres la prémiere reunion de concertation du 1er Mars 2001. voici  en bref ci-dessous le rapport de ladite réunion.

Lieu : Technische Universität Berlin

Heure: 19 heures.

Ce jour a eu lieu à Berlin une rencontre de quelques ressortissants du département du Haut-Nkam visant à étudier l´éventualité de la création à Berlin d´une Association réunissant en son sein tous les ressortissants dudit département.

L´ordre du jour s´est étendu donc sur deux points :

Pourquoi avoir répondu à l´appel ?
Quelle suite réservons-nous à cette rencontre ?

Mais avant de réponde à ces questions, les initiateurs de la rencontre que sont CHOUAPI Aline et Wassom Ngangue Guy Magloire veulent bien nous briefer la genèse d´une telle idée:

Pour Guy elle serait née du fait que le Laa-kam ne serait plus fait que des ressortissants de l´Ouest du Cameroun comme elle le devrait mais plutôt que des ressortissants du Haut-nkam(Bafang); toutes les autres régions s´étant retirées pour créer leurs propres associations. Il revenait donc à nous d´en faire de même afin de lever cette équivoque.

Pour Aline, le nombre des Haut- Nkamois de Berlin en particulier et en Allemagne en général devient de plus en plus grandissant et il serait temps que nous trouvions un cadre au sein duquel nous pourrions nous exprimer en tant que tel.

Ces derniers en ont parlé à plusieurs personnes dont les huit participant(e)s à la rencontre.

Revenant à nos questions, en commençant par la première, chacun y va de son propre chef:

pour certains, l´idée est bonne, car il faudrait bien que nous puissions vendre notre culture dans le monde et cela ne pourrait se faire qu´au sein d´un mouvement socioculturel;

pour d´autres ils veulent tout simplement apprendre la langue fee’fee

un dernier groupe s´intéresse plutôt à la préservation de nos racines car en fait, on rencontre chaque jour des enfants nés de couples de cultures différentes qui ne connaissent que l´origine d´un des parents, pourtant l´équilibre psychique de l´enfant ne serait assuré que s´il s´identifie à toutes les cultures dont il est originaire.

Nous pouvons alors conclure que la création d´une Association Haut-Nkamoise est une nécessité. Ceci donne la possibilité de répondre à la seconde question.

Il convient pour un  premier temps de réfléchir  sur la démarche à suivre afin d´atteindre nos objectifs.

La première chose à faire consiste à convoquer une seconde rencontre au cours de laquelle nous définirons les moyens d´informer tout le monde sur nos intentions.

La sensibilisation devrait suivre par la convocation d´une réunion de concertation (ou assemblée constituante) au cours duquel nous mettrons probablement sur pied une structure chargée d´assurer la création d´une association qui jusqu´à présent n´a ni nom ni définition. Les membres fondateurs que nous sommes devenus ne voulant en aucun cas prendre les devants de la chose.

Une seconde rencontre sera donc prévue pour le 23 mars 2001 au même lieu et à la même heure. Entre temps nous continuerons à informer les uns et les autres sur nos intentions.

La séance aura duré deux heures.

Le Rapporteur
Berlin le 16 mars 2001

M.B. LEMALUE